D’un retournement, l’autre

Comédie sérieuse sur la crise financière, en quatre actes et en alexandrins, de Frédéric Lordon, publiée aux Editions Seuil

En mai 2011 sortait aux Editions du Seuil une pièce de théâtre en alexandrins écrite par un économiste français, Frédéric Lordon.
La chose était déjà surprenante ; la lecture de la pièce, elle, fut édifiante puisqu’elle s’attache à décrire le mécanisme financier du krach boursier de 2008 et celui que nous traversons aujourd’hui. C’est donc une pièce qui nous concerne tous : ici et maintenant.

Le rideau s’ouvre : messieurs les banquiers, son Altesse le président de la République française, monsieur le Premier ministre, monsieur le gouverneur de la Banque centrale et le petit peuple des conseillers de la Cour.
La pièce peut commencer : lessivés par la crise des désormais célèbres subprimes, les banquiers s’apprêtent à sonner à la porte de l’État pour lui demander de mettre la main au porte-monnaie … avant que le résultat de leurs acrobaties ne fasse exploser les dettes publiques et ne conduise à la rigueur pour tous – pour tous sauf eux.
La crise de la finance mondiale, la déconfiture d’un système aux abois et l’acharnement bouffon de ses représentants qui cherchent à le maintenir envers et contre tout.
Mais ces « élites» aveuglées par leur domination et déjà disqualifiées par l’Histoire ne voient pas qu’un retournement peut en cacher un autre ;
et celui des marchés annoncer celui du peuple.

Democratia Participativa

Prochaines représentations clic

En une demi-heure pleine et virevoltante, les aventures et les déboires de l’idée démocratique d’Athènes à Moscou, en passant par la place Tahrir.
Les sujets de la tragédie reflétant l’actualité, les spectateurs vont se retrouver peu à peu tels de bons élèves, embarqués pour leur plus grand plaisir dans les plus fougueuses manifestations populaires des XX° et XXI° siècles.

Pour soulever les enthousiasmes et rire des tyrannies.

Fukushima, Terre des cerisiers

English

L’auteur Michael Ferrier vit au Japon où il enseigne les lettres françaises.
Il était à Tokyo le 11 mars 2011, quand le seïsme et le tsunami ravagèrent le Japon. Dans les semaines qui suivent il part vers la zone interdite, rencontre les employés de la centrale de Fukushima et tente de cerner les causes et les responsabilités de la catastrophe nucléaire.
D’inspiration claudélienne, le texte de Michaël Ferrier oscille entre beauté et chaos, entre poésie et investigation.

Comment le génie de l’homme se trouve remis en cause par la tectonique des plaques et engendre le désastre nucléaire.
Tel un haïku contemporain, la mise en scène s’attache à faire naviguer l’action depuis le monde ancestral du Japon, jusqu’au monde d’aujourd’hui et son désastre nucléaire nucléaire.

Lola, Bachir, Gretel Et Knut – Générations X, Y, Z

Ils sont jeunes, ils sont beaux. Leur histoire familiale a traversé les frontières. Un arbre généalogique qui s’étend, au Sud, à l’Est, qui traverse les mers. Leurs parents sont venus du Maghreb, de Pologne, Espagne, Italie, Arménie, Biélorussie, Éthiopie, Madagascar, des Comores et du Voyage. Ils sont Français.
Ils ont en eux l’espoir d’un monde meilleur, plus juste, plus joyeux. Ils ont des désirs, des idéaux humanistes, des utopies. Changer le monde est encore au programme. Ils nous le disent, le chantent et le dansent.

 

La Sextape de Darwin

English

Suite à Eve contre Lucy, l’autre cauchemar de Darwin, (battle scientifique opposant les darwinistes aux créationnistes) que la Compagnie a créé en 2008, la Compagnie enfonce le clou et promène sa curiosité sur la biodiversité, l’infinie variété du monde animal et ses pratiques sexuelles.

Nous y parlerons de la fabuleuse et inouïe diversité des comportements sexuels et modes de reproduction dans le règne animal qui nous invite à dépasser la théorie mainstream, à bousculer l’hétérosexualité et la légende familiale obligatoire. Car si notre culture nous enseigne que le sexe est une activité qui a pour fonction la perpétuation de l’espèce et que pour cela le mâle et la femelle coopèrent gentiment, la nature, elle, nous montre l’étroitesse de notre imaginaire. Voyant le monde à travers le filtre de sa propre convenance culturelle, l’Homme a longtemps considéré cette vision bipartite comme étant la norme et toute autre combinaison lui semblait contre nature. Contre nature ? Vraiment ? Alors voyons de plus près ce que nous dit la nature sur le sujet.

On verra et entendra sur le plateau, 1 chanteuse, 2 danseurs, 1 comédienne, qui visiteront joyeusement l’ensemble des comportements amoureux des espèces vivantes qui peuplent la Terre, pour nous permettre non seulement de mieux comprendre la nature mais aussi de désamorcer les idées fausses sur la procréation que la culture nous a instillées.